Skip to content

n’a rien dit (une histoire courte)

28/02/2011

Voici c’est pour les personnes qui comprennent le français. C’est une histoire que j’ai écrit pour ma classe française. Si vous la comprenez, disez-moi si vous l’aimez :). If you don’t understand, you can let me know if it sounds pretty!

p.s. je sais que ça va être des érreurs … mais je suis nouvelle avec des écrits français. Êtes-vous gentil, s’il vous plait :).

—-

N’a Rien dit

Il était perdu. Le signe a pointu aux directions inconnues. Les flèches a indiqué les destinations possibles, mais ils n’étaient pas la destination qu’il voulait prendre. Ou était-il ? Où est-ce qu’il allait ? Il ne savait pas – il ne savait jamais.

Il a arrêté sa motocyclette en face du signe. Ses botes a répercuté sur la rue quand il est descendu. Il faisait chaud, mais il n’a pas enlevé ni manteau ni casque. Ils ont bloqué les sons, les visions … et les mémoires. Les choses que le signe devrait pointer … la direction qu’il voulait aller.

Elle avait 18 ans ce premier et dernier jour dont ils avaient parlé aux autres. Auparavant, elle était juste la jeune femme qui a porté un ruban sur ses cheveux blonds quand elle est allée au marché pour ses épiceries. Elle allait toujours avec son petit ami, souriant et riant, mais il n’a rien dit. Il avait vu l’éclat de son visage toujours quand il allait au collège sur sa bicyclette, mais il n’a rien dit. Il n’a jamais dit.

Ce jour, elle s’est promenée avec son petit ami, et il s’est promené avec sa bicyclette. On pouvait entendre seulement ses pieds et les roues de sa bicyclette, toquant et roulant sur la rue. Puis, quand ils sont arrivés a une cohue énorme au marché, il a écouté des voix violentes … la jeune femme s’est disputée avec son petit ami. Des mots désagréables ont échangé, et son petit ami est parti. Elle s’est arrêtée sur la rue, des larmes descendant sur son visage d’éclat. Il s’est arrête, tournant a-t-elle sans mot. Elle l’a regardé avec les yeux curieux, et elle a demandé si c’était impossible comprendre les vies que nous essayons vivre. Il a regardé son visage d’éclat, ses larmes énormes, ses yeux curieux … et il n’a rien dit.

Il l’a regardé pendant qu’elle a disparu sur la cohue qu’achetaient ses épiceries. Les personnes qui cherchaient pour de la viande, des légumes, des fruits. Elle avait cherché pour une réponse, un espoir, une chance ; mais il ne pouvait pas les trouver. Elle était perdue a-t-il.

Il est monté sur sa motocyclette, des larmes énormes menaçant sa vision. Il ne savait pas ou il allait, mais ça n’était pas important. Il serait la trouvé.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: